05/04/2007

SILENT HILL

Silent Hillstar_jaune2star_jaune2star_jaune2star_grise2star_grise2

Tiré du jeu vidéo homonyme, "Silent Hill" se démarque assez nettement des précédentes adaptations cinématographiques de jeux vidéo. Lorsque l’on parle de ce genre d’adaptation, on peut penser au fiasco "Super Mario Bros", "Street Fighter" et "Alone in the Dark" ou aux semi-déceptions comme "Mortal Combat". On se souviendra également des deux premiers "Resident Evil", ni mauvais, ni excellents ! Pour "Silent Hill", le réalisateur français, Christophe Gans (auteur du très bon "Pacte des Loups") frappe fort dans le bon sens du terme… mais aussi dans le mauvais sens. Gans bouscule le schéma classique des films d’horreur de ces dernières années.

Radha Mitchell dans Silent Hill

Une profonde angoisse gagne le spectateur dès que les protagonistes pénètrent dans la ville fantôme de Silent Hill. Ville fantôme ? En fait non ! Le qualificatif d’"Enfer sur terre" serait plus approprié. Quand l’obscurité tombe sur "Silent Hill", c’est bien l’Enfer qui débarque avec ses hordes de monstres hideux, démesurés et terrifiants.

CHRISTOPHE GANS, le réalisateur de SILENT HILL

Christophe Gans maîtrise à merveille son sujet et les effets spéciaux mâtinés d’une obscurité intense et violente. Seulement voilà, il y a pire que le Diable à Silent Hill. Une secte de fanatiques, brûlant des sorcières depuis des siècles, tente de survivre dans ce désert de morts et de souffrance.

Laurie Holden & Radha_Mitchell dans Silent Hill

Nous entrons alors de pleins pieds dans la seconde partie de film, là où les masques tombent et où la vérité éclate à la figure… C'est à ce moment là que Christophe Gans va, à mon sens, un peut trop loin. En effet, à l’approche du dénouement final, des scènes hyper violentes désarçonnent et assomment le spectateur. Au menu : fillette et femme brûlées vives ; corps dépiautés et déchiquetés par des files barbelés ;… Ces quelques scènes d’un sadisme rare font tâche sur ce film qui était assez bien parti.

RADHA MITCHELL

Reste une fin ambiguë (pourrais-je dire bâclée ?) et peu réjouissante. Malgré ces quelques critiques, "Silent Hill" demeure un bon film angoissant et horrifique avec des effets spéciaux saisissants. Personnes sensibles s’abstenir !

JODELLE FERLAND

La bande-annonce…

Affiches ! Vous avez dit affiches ?

Aussi scabreuse que certaines séquences de "Silent Hill", la campagne d’affichage précédent la sortie de ce film au cinéma est, elle aussi, par moment, impressionnante… pour ne pas dire franchement hideuse. Mais ça a le mérite de véhiculer un message clair : Avec "Silent Hill", vous allez vous "amuser" !

cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir

Un concours de création d’affiches a justement été lancé durant les mois précédents la sortie de "Silent Hill". Pour en savoir plus sur ce concours, cliquez sur ce lien.

Des jeux vidéo... au film

A travers ces quelques images, tirées des jeux de la franchise "Silent Hill", on comprend mieux d’où provient l’aspect visuel intense et lugubre utilisé dans le long-métrage.

cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir cliquez sur l'image pour l'agrandir

Écrit par TOM dans RETROSPECTIVE | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.