11/02/2007

J’ai vu "ROCKY BALBOA"

82273178227317822731782273178227321

Sylvester Stallone revisite avec les honneurs la Légende de Rocky, "Sa Légende" ! Pleurant la disparition de son épouse Adrian (Talia Shire), l’ancien champion du monde, Rocky Balboa, s’est reconverti dans la cuisine. Il est en effet devenu le propriétaire d’un petit restaurant italien portant le prénom de sa défunte compagne. Si il est difficile pour Rocky de voir de moins en moins souvent son fils, il est encore plus difficile, pour lui, de vivre avec les fantômes du Passé. L’ex-boxeur va un jour décider de remonter sur le ring… Peut-être pour se prouver (et pour prouver aux autres) qu’il n’est pas fini !? Une course contre le temps qui passe est lancée.

Si la thématique du jeune champion blessé par la presse (en l’occurrence Mason Dixon, joué par Antonio Tarver) est plaisante mais pas assez développée, ce film réfléchit davantage à la vie et aux sentiments du fils Balboa (Milo Ventimiglia), caché par l’ombre de son "champion" de père. Ce sujet est habilement exploité par Stallone.

Reste énormément d’émotion qui déborde à fusion dans la première partie du film. La seconde moitié de "Rocky Balboa" s’attache principalement à décrire la préparation physique du champion vétéran, avant de clore les débats par le match final. Excessivement rapide et court (c’est du moins l’impression qu’il donne) ce dernier affrontement n’est peut-être pas le plus beau de la saga de "L’Etalon italien". Il cadre néanmoins à merveille avec l’histoire du film : Rocky a toujours une vieille "bête" enragée qui sommeille en lui. Le combat contre le jeune Dixon va permettre à Balboa de relâcher cette "bête" et d’affronter les vieux démons du Passé.

Côté casting rien à redire. On retrouve d’ailleurs ici toute la "mythologie" de Rocky avec notamment le bon vieux Paulie, joué par Burt Young, ironique à souhait. Reste quelques flash-back’s bienvenues bercés par l’enivrante musique de Bill Conti. C’est dans les vieilles casseroles que l’on fait les meilleures soupes. "Rocky Balboa" le prouve ! Une belle leçon de courage et d’abnégation. Bravo Champion !

La bande-annonce...

Sylvester Stallone avait à cœur de "clôturer" en beauté la carrière du boxeur qu’il a lui-même créé. Réalisateur, scénariste et (bien entendu) acteur, Stallone souhaitait également redorer l’image de Balboa quelque peu ternie par "Rocky V". Si ce cinquième film s’appuyait sur une histoire pessimiste, "Rocky Balboa", sixième du nom, fait la part belle à un Optimisme des plus débordants… Ca fait du bien.

Antonio Tarver qui incarne à l’écran le jeune champion Mason Dixon, est un véritable boxeur. Surnommé Magic Man, Tarver est un ancien champion WBC mi-lourd. Il compte 24 victoires (dont 18 par K.O.) pour 28 combats. Déjà dans "Rocky V" (1990), Stallone avait affronté un autre boxeur : Tommy Morrison, alias Tommy Gunn.

La scène finale où Balboa affronte Dixon a été en partie filmée à Las Vegas, en décembre 2005, lors d’un combat des poids moyens opposant Jermain Taylor et Bernard Hopkins.

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

Commentaires

rocky Avec un copain complètement fan je ne pouvais pas y échapper, mais même si je n'avais pas vu tous les Rocky, j'ai quand même apprécié.
Si un jour sort un film sur Buffy, il ne pourra pas y échapper non plus!

Écrit par : elodie | 27/02/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.