30/10/2006

Mémoires de nos Pères

28star_jaunestar_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grise

Il est clair qu’avec "Mémoires de nos Pères", Clint Eastwood ne révolutionne pas le film de guerre. Non ! Le réalisateur qu’est Eastwood n’est pas un révolutionnaire. Il est avant tout un formidable conteur, un fin métronome et un dramaturge avisé.
C’est avec une objectivité rare (dans ce genre de film) que Clint Eastwood lève le voile sur un épisode tragique de l’histoire américaine.
Trois soldats ayant participé à la bataille d’Iwo Jima vont être manipulé par le gouvernement américain dans l’unique but de percevoir des fonds nécessaires à la poursuite de la guerre. Ces trois hommes sont très différents et vivent plus ou moins bien leur propulsion à l’avant-scène.

20q

Clint Eastwood nous offre une réflexion poignante sur la fabrication des mythes et des héros à travers le jeu des brillants Ryan Phillippe (le soldat John Doc Bradley) et Adam Beach (le soldat Ira Hayes). Ces deux acteurs, regorgeant d’humanité, donnent le meilleur d’eux-mêmes et jouent avec une justesse étonnante. Outre ceux-ci, il serait injuste d’oublier les seconds rôles !

18677804

Steven Spielberg (le producteur) et Clint Eastwood se sont entourés de comédiens talentueux qui excellent dans leur rôle. On pense entre autre à Robert Patrick ("Terminator 2"), à Neal McDonough ("Les Prisonniers du Temps") et surtout à Jamie Bell ("Billy Elliot", "King Kong"), Paul Walker ("Bleu d’Enfer", "La Peur au Ventre") et à Barry Pepper ("Trois Enterrements").

12q18677800

L’un des points forts de "Mémoires de nos Pères" est son montage. Eastwood virevolte entre les scènes narrant l’assaut américain de l’île d’Iwo Jima et le battage médiatique tournant autour des soldats ayant planté le soi-disant drapeau de la Victoire.

24q

Les scènes de bataille sont très impressionnantes et bien mises en image. Toutefois, les images du débarquement de Normandie filmées par Steven Spielberg, dans "Il faut sauver le soldat Ryan", résonnent encore et toujours dans nos têtes ! Autre point fort de ce film, l’ennemi japonais est pour ainsi dire invisible. Les canons, les bombes et des silhouettes impersonnelles campent les seuls ennemis des soldats américains. Clint Eastwood a opté pour ne pas mettre de visage sur l’ennemi asiatique. Cette démarche est très intelligente et préfigure déjà le deuxième film qui sortira au début de l’année prochaine.

19q

Toujours réalisé par Clint, "Lettres d’Iwo Jima" retrace en effet cette même bataille mais cette fois en suivant le point de vue des japonais. En voyant "Mémoires de nos Pères", on ne peut que se réjouir d’assister à un nouveau chef-d’œuvre du tandem Spielberg-Eastwood. Ce second film devrait sortir dans le courant du mois de janvier-février 2007.

21q

Pour en revenir à "Mémoires de nos Pères"… Comme il l’avait fait pour son inoubliable "Million Dollar Baby", Clint Eastwood nous livre ici une fin sensible et touchante. Si de grosses larmes coulent sur vos joues à la fin de ce film, n’ayez pas honte ! C’est tout à fait normal… Clint Eastwood a su, sans paillettes ni artifices, défendre avec brio la beauté de la Vie et de la Mémoire. Il tisse également des rapports excessivement puissants entre les différents protagonistes. "Mémoires de nos Pères" permet ainsi à Eastwood d’approcher la thématique puissante de la famille, des liens du sang et des rapports fraternels entre pères et fils, entre officiers et soldats, entre héros et victimes.

4q

Si vous doutiez encore de l’excellence du réalisateur Clint, Mémoires de nos Pères vous confirmera que "l’inspecteur Harry" est digne de rejoindre le panthéon des plus grands cinéastes de tous les temps. Chapeau bat "Cow Boy" !

La bande-annonce...

Un extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.