28/09/2006

"Anges & Démons" adapté

Cette fois c’est confirmé, le scénariste du "Da Vinci Code", Akiva Goldsman ("I, Robot", "Un homme d’exception"), a signé pour adapter "Anges et démons" le nouveau best-seller de Dan Brown.

Sans_titre_Num_risation_03

L’éventuelle adaptation de ce livre avait déjà été évoquée avant même la sortie du "Da Vinci Code". Les bons résultats du film au Box Office mondial ont, de toute évidence, facilité les choses ! Par exemple, le week-end de sa sortie, "Da Vinci Code" a généré 224 millions de dollars de recettes dans le Monde. Pas mal, mais il faut dire que le battage médiatique autour de ce film avait finalement bien aidé ses investisseurs.

01245Tout le monde a encore en mémoire les nombreuses actions menées pour boycotter l’adaptation du roman sulfureux de Dan Brown. L’auteur n’allait, en effet, pas de main morte, dans son livre, en affirmant que le Christ aurait eu une descendance illégitime avec Marie-Madeleine. Descendance qui aurait donnée la lignée royale des Mérovingiens. Jusqu’ici pas trop de pépin : après tout ce n’est qu’un roman ! Sans_titre_Num_risation_02Sauf que Dan Brown défendit bec et ongle que tout ce qu’il disait n’était que "l’évangile" ! Celui-ci se disait s’être inspiré d’archives secrètes conservées à Paris… Sauf que ces documents étaient des faux fabriqués de toute pièce. A ce propos, si ce sujet vous intéresse, je vous conseille la très bonne analyse de Marie-France Etchegoin et de Frédéric Lenoir ("Code Da Vinci : L’Enquête") sur les thèses avancées par Brown dans le "Da Vinci Code".

Avec "Anges et démons", il n’est heureusement plus question de remettre en cause les fondements premiers de l’Eglise. Si l’auteur américain s’intéresse une nouvelle fois au Vatican, cette institution apparaît davantage comme une "victime"… Encore que la fin d’"Anges et démons" soit un peu plus ambiguë ! Dans cette histoire, nous retrouvons une nouvelle fois le professeur Robert Langdon (joué par Tom Hanks dans "The Da Vinci Code"), toujours universitaire spécialisé en symboles anciens. Il est ici convoqué par le CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire) pour tenter de résoudre un meurtre perpétré par une ancienne communauté secrète : les Illuminati. L’enquête de Langdon le conduira à Rome, au cœur même du Vatican, où il mettra à profit ses talents intellectuels (et aussi athlétiques) pour tenter d’arrêter un tueur fanatique menaçant de détruire la Cité vaticane à l’aide d’une bombe expérimentale basée sur le principe de l’anti-matière.

77

Bien que Dan Brown conserve, sous quelques nuances, la structure et la trame de son "Da Vinci Code", "Anges et Démons" m’a davantage séduit. Moins révolutionnaire et anticlérical, le livre devrait donner un film bien entendu plus souple et plus facile à concevoir. Le réalisateur du "Da Vinci Code", Ron Howard, a déjà marqué son intérêt pour cette nouvelle adaptation. Tom Hanks se dit aussi emballé par ce projet… Et c’est tant mieux ! Malgré l’acharnement des critiques vis-à-vis du jeu de Hanks dans le "Da Vinci Code", il m’a séduit dans le rôle de Robert Langdon et ce serait pour moi une "hérésie" que quelqu’un d’autre le remplace. La Messe est dite !

66

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (3) | |

27/09/2006

Ben Affleck au bord du gouffre

MAT_big"Man about Town" raconte la vie chaotique d’un agent hollywoodien (Ben Affleck). Au sommet du succès, celui-ci va découvrir que sa femme (Rebecca Romijn) le trompe et que son journal intime a été dérobé par un journaliste… Ambiance ! Réalisé par Mike Binder, "Man about Town" réunit un casting très alléchant avec, en tête, Ben Affleck, Rebecca Romijn, Gina Gershon ("Volte Face") et John Cleese ("Un Poisson nommé Wanda").
Notons que l'on retrouvera le cinéaste Mike Binder prochainement dans un nouveau film intitulé "Empty City", directement lié aux attentats du 11 septembre.

11508

Liens intéressants…

► Pour en savoir plus sur "Empty City"
► Retrouvez Rebecca Romijn dans "X-Men 3"
► Retrvouvez Ben Affleck dans "Hollywoodland"

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |

"Click" au Cinéma

1r

20rLe comédien Adam Sandler et le cinéaste Frank Coraci sont amis depuis leur adolescence. Après avoir collaborés successivement en 1998 et en 1999 avec "Demain on se marie" et "Waterboy", les deux hommes s’étaient perdu de vue. Aujourd’hui, ils reviennent avec un nouveau sujet déjanté : "Click".
Michael Newman (Adam Sandler) travaille dur pour un patron méprisant (David Hasselhoff). Ses activités professionnelles le minent au point de devoir renoncer à sa vie familiale. Après une nouvelle nuit blanche, à bout de nerfs, Michael se tape une crise parce qu’il n’arrive même plus à distinguer laquelle de ses télécommandes met la télévision en marche. Il décide alors de se procurer une "zappette" universelle auprès de Morty (Christopher Walken) un inventeur quelque peu allumé ! Cette télécommande va changer la vie de Michael…

18r

Adam Sandler nous a déjà sorti "des vertes et des pas mûres". Habitué aux comédies farfelues et pas toujours entraînantes comme "Big Daddy" (1999) ou "Little Nicky" (2000), Sandler développe enfin tous ses talents dans "Punch-Drunk Love" (2003). Il revient ensuite avec l’incontournable "Self Control" ainsi qu’avec le tendre et déluré "Amour et amnésie", deux films réalisés par Peter Segal, un autre pot’ d’Adam Sandler. C’est clair, ce gars adore travailler avec ses copains.

10r

Il retrouve dans "Click" deux acteurs très sympathiques en la personne du mythique Christopher Walken et de la ravissante Kate Beckinsale. Après avoir connu la catastrophe de "Pearl Harbor" & avoir dégommé des Loups-garous dans "Underworld", cette dernière se risque à la comédie déjantée… Notons que Mister "Alerte à Malibu", David Hasselhoff, et Sean Astin, l’inséparable compagnon de Frodon dans "Le Seigneur des Anneaux", sont aussi de la partie !

19r

La bande-annonce...

Un extrait...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (2) | |

"Indigènes" enflamme la France

18653664Cette semaine, les salles françaises accueillent l’un des films chocs de la rentrée : "Indigènes". Ce film suit le parcours de quatre soldats enrôlés dans ce qui fut la première armée française recrutée en Afrique. En 1943, en effet, la France recrute ses "indigènes" (c’est le nom qu’on leurs donne) pour tenter de se libérer de la domination nazie. Un an plus tard, une série de libérations menées dans le sang vont avoir lieu… L’Italie, la Provence, les Alpes, la vallée du Rhône, les Vosges, l’Alsace, vont être libérée par 200.000 hommes. Parmi ceux-ci, on retrouve 130.000 "indigènes" dont environ 110.000 Magrébins et 20.000 Africains… Le reste de cette garnison est constituée aux deux tiers de pieds-noirs et de jeunes français qui avaient fui l’occupation allemande.

Déjà la presse spécialisée française chante à l’unisson le succès de "Indigènes" qui traîne derrière lui un épisode lourd et obscur de l’histoire de France. Que ce soit "Le Monde", "Libération", "Première", "Ciné Live", "Studio Magazine" ou encore "Score", en général, les critiques s’accordent à saluer le caractère indispensable de ce film qui rend un vibrant hommage à ces "oubliés" de l’Histoire qui ont pourtant combattu pour la France. Par rapport à cette vague d’enthousiasme et de congratulations, Axelle Ropert des "Inrockuptibles" et Christophe Gofette de "Brazil" marquent quelque peu le pas en remettant en cause "l’enveloppe" du film, avec un scénario clichesque (dixit Ch. Gofette) et une mise en scène "pataude" et alourdie.

18614266

Au-delà des qualités cinématographiques du film, il est phénoménal de voir l’impacte qu’un tel sujet a sur la Société française. Déjà les politiques s’emballent en promettant une reconnaissance plus soutenue pour ces "indigènes" qui se sont battus sous l’étendard français. Le Président de la République, Jacques Chirac, interviendra même aujourd’hui lors d’une conférence de presse extraordinaire pour réagir à la sortie du film. Tout aussi important, de jeunes français d’origine "nord-africaine" pourront découvrir, à travers ce film, le passé (malheureusement) méconnu de certains de leurs parents. Quand on voit ça, on peut se dire que le Cinéma a encore de beaux jours devant lui… Vive le 7ème Art !

18628537

Rappelons que les 4 acteurs principaux de "Indigènes", Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem et Sami Bouajila ont reçu simultanément le Prix d’interprétation masculine lors du dernier festival de Cannes. "Indigènes" sortira en Belgique le 4 octobre 2006.

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (1) | |

26/09/2006

"La Panthère Rose" en DVD

7pstar_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grise

La "Panthère Rose" est un mystérieux et fascinant diamant rose qui vient d’être dérobé à son propriétaire, Yves Gluant (Jason Statham), l’entraîneur de l’équipe de France de football. L’inspecteur divisionnaire Dreyfus (Kevin Kline) convoite ardemment la Légion d’Honneur et aimerait élucider ce vol pour être certain de recevoir cette insigne honneur. Il décide ainsi de confier l’enquête au plus minable des inspecteurs français Jacques Clouseau (Steve Martin). Pendant que celui-ci pataugera dans ses investigations, Dreyfus compte bien, de son côté, démasqué le coupable et devenir le héro de la France. Tout ne va pourtant pas fonctionner selon ses plans. Quoique complètement allumé, Clouseau se plonge corps et âme dans son enquête et est persuadé qu’il mènera cette mission à bien… Quelque peu inquiété par la ténacité de Clouseau, Dreyfus va lui adjoindre les services du gendarme Gilbert Ponton (Jean Réno) dont la mission est avant tout de surveiller les faits et gestes de ce maladroit inspecteur.

9p

Cette relecture du film culte "La Panthère Rose" de Blake Edwards (1963) ne fera pas date dans l’histoire du cinéma. Pourtant, on ne peut pas dire que cette Panthère Rose nouvelle génération soit complètement dénuée d’intérêt. Le réalisateur Shaw Levy ("Une Nuit au Musée") en fait le minimum et rend une copie certes conventionnelle mais sympathique. La chanteuse Beyoncé Knowles fait une courte apparition sobre et détachée.

2p

Jean Reno s’attaque à un rôle à contre-courant qui ne lui va pas énormément bien… Mais l’acteur français bombe le torse et suit sans broncher un très bon Steve Martin complètement à la masse. Celui-ci démontre une nouvelle fois qu’il est capable du meilleur comme du pire & cela juste pour nous faire rire. Kevin Kline remplit à merveille son rôle d’inspecteur en chef fourbe et arriviste.

10p

13Ce n’est pas toujours très académique mais quelques gags méritent vraiment le détour. Reste l’apparition croustillante et étourdissante de Clive Owen ("Le Roi Arthur") qui joue l’agent secret "006". Il ne lui manquait qu'un seul chiffre pour devenir célèbre ! Les fans de James Bond apprécieront et regretteront peut-être que ce ne soit pas Owen qui ait succédé à Pierce Brosnan…

La bande-annonce...

Lien intéressant…

► Une suite déjà programmée pour "La Panthère Rose"

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Quel est votre James Bond préféré ?

001_07

A l'occasion de la sortie de "Casino Royale", "C pour Cinéma" lance un grand sondage consacré à l’agent secret le plus célèbre du cinéma : James Bond, l’agent 007. Envie de vous exprimer ? Laissez vos commentaires ci-dessous & votez pour l’acteur qui incarne selon vous le mieux James Bond !

connerylazenbymooreSans_titrebbbbrosnan2


Liens intéressants…

► Pour tout savoir sur "Casino Royale"
► Découvrez la bande-annonce de "Casino Royale"
► Daniel Craig a signé pour un nouveau James Bond
► "Casino Royale" à l’affiche

Écrit par TOM dans STARS | Lien permanent | Commentaires (1) | |

Les Producteurs

46vstar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grisestar_grise

Deux associés improbables, un contrôleur fiscal (Matthew Broderick) et un producteur véreux (Nathan Lane), ont une idée de génie pour amasser une grosse somme d’argent. Pour cela, ils doivent monter la comédie musicale la plus nullissime de Broadway. Ils trouvent rapidement le sujet en or : une pièce écrite par un sombre crétin néo-nazi (Will Ferrell) qui narre la vie de Hitler…
Remake d’un film de Mel Brooks de 1968, "Les Producteurs" rend un hommage en demi-teinte aux comédies musicales de Broadway. Débutons par le moins bon… Ce film pêche surtout dans ses excès. Nathan Lane et surtout Matthew Broderick rivalisent en grimaces démesurées qui trahissent, par moment, un jeu pâle, sans grande conviction. Parfois Broderick ressemble fâcheusement à un sosie mal léché de Mike Meyers dans "Austin Powers". La longueur de certaines scènes ampoule le rythme du film. On éprouve parfois la sensation malsaine que la réalisatrice Susan Stroman a insufflé plus d’énergie à la conception de ses scènes musicales qu’à l’adaptation d’un scénario finalement assez mince.

1v

Outre ces inconvénients (majeures), "Les Producteurs" se sauve grâce au jeu étourdissant de ses seconds rôles. Will Ferrell ("Ma Sorcière bien aimée") interprète un colombophile néo-nazi tyrolien grotesque et truculent au possible. Uma Thurman prête ses formes à une ravissante émigrée suédoise qui tient à vivre pleinement la magie des nuits de Broadway. Reste Gary Beach qui campe à merveille un metteur en scène homosexuel farfelu et génial.

32v

"Les Producteurs" reste un film incertain, trop théâtral par moment, il séduira malheureusement peu de cinéphiles. Même les amoureux du légendaire Mel Brooks trouveront le spectacle par moment ennuyeux. Mais tout n’est pas noir dans la ville qui ne dort jamais ! Les prestations de Ferrell, Thurman et Beach valent vraiment le détour… Ce serait triste de rater ça.

27v

En somme, Les Producteurs démontre qu’il n’est pas toujours aussi simple de passer des planches au grand écran sans y perdre quelques plumes.

La bande-annonce...

Un extrait...

Pour en savoir plus...
"Les Producteurs" n'est autre que l'adaptation de la comédie musicale "The Producers", qui s'inspire elle-même du classique de Mel Brooks réalisé en 1968 avec Zero Mostel et Gene Wilder dans les rôles principaux. Véritable triomphe à Broadway, "The Producers" a été développé par le cinéaste lui-même et chorégraphié et mis en scène par Susan Stroman. Avec ce spectacle, les comédiens Nathan Lane et Matthew Broderick ont vu leur popularité atteindre des sommets.

35v

Lorsqu'il a été sérieusement question d'en faire une version cinéma, Mel Brooks a souhaité y associer le plus possible ceux qui avaient contribué au succès du spectacle. On retrouve donc ici Susan Stroman, chorégraphe et metteur en scène, à la réalisation, et les comédiens Nathan Lane et Matthew Broderick, ainsi que Gary Beach et Roger Bart jouant respectivement les rôles du metteur en scène de la pièce, Roger DeBris, et de son assistant, Carmen Ghia.

36v

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

La Peur au ventre

18475183star_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grise

Durant 18 heures, le truand Joey Gazelle (Paul Walker) va tout mettre en œuvre pour récupérer un flingue. Cette arme pourrait faire plonger le fils d’un caïd & provoquer une guerre ouverte entre la mafia russe et la criminalité locale.
Après le film "Lady Chance" (2004) qu’il avait scénarisé et réalisé, Wayne Kramer s’attaque, avec "La Peur au ventre", à une histoire lugubre et sanguinaire. A travers le parcours de Joey et d’un jeune garçon d’origine russe (Cameron Bright), le cinéaste visite les mœurs obscures d’une société animale. Prostitution, pédophilie, drogue, violence, idolâtrie des armes, torture, … Assez curieusement, ce cocktail nauséabond ne passe pas trop mal à l’écran. Ceci est principalement dû à la mise en scène accrocheuse de Kramer et au jeu de ses acteurs principaux. Paul Walker ("Bleu d’Enfer"), le beau blondinet de "The Fast and The Furious", gagne en assurance et le jeune prodige Cameron Bright ("Thank You for Smoking") est toujours aussi sobre et convainquant.

14

"La Peur au ventre" est un film à déconseiller au jeune public : farouche nudité et flingues enrayés côtoient les giclées de sang façon Tarantino bourré aux hormones. C’est tout dire ! "La Peur au ventre" constituera auprès des amateurs de films d’action originaux et modernes, un très bon choix, histoire de passer 2hrs. inquiétantes et stressantes où tous les coups sont permis & où les apparences sont parfois trompeuses…

7

La bande-annonce...

Écrit par TOM dans DVD / Blu-Ray | Lien permanent | Commentaires (0) | |

25/09/2006

CARS en musique

aff_202star_jaunestar_jaunestar_jaunestar_grisestar_grise

"Sur papier" la bande originale du film d’animation "Cars" a de quoi enthousiasmer les amoureux du dernier Disney. En effet, on entend sur ce CD, les chansons du film mais également la partition instrumentale de Randy Newman. Côté chansons, on retiendra surtout celle de Sheryl Crow (piste 1 - "Real Gone") et celle de John Mayer (piste 7 - "Route 66"). Notons que cette dernière chanson figure sur la bande annonce de "Cars" (voir ci-dessous). Les autres morceaux, moins intenses et "spectaculaires", toucheront davantage les amateurs de musique Country. Côté instrumental, "Cars" s’est adjoint les services d’un vieux bourlingueur : Randy Newman. Celui-ci a composé 10 pistes du CD. Sans véritable fil conducteur, la composition de Newman tire un peu dans tous les sens. Du Rock’&’Roll au Country, en passant par des percussions à la "Star Wars. L’Empire contre-attaque" (John Williams), Randy Newman s’inspire de plusieurs tonalités maintes fois exploitées par James Horner et surtout Hans Zimmer. C’est là que le bas blesse, la musique instrumentale de "Cars" laisse un petit goût de déjà vu. C’est dommage d’autant plus que Randy Newman est loin d’être un "jeunot". On préfèrera certainement réentendre ses B.O. de "Seabiscuit" (2003), de "Maverick" (1994) ou de "The Paper" (1994). Au final, "Cars" se révèle une bonne B.O. à réserver principalement aux spectateurs qui ont littéralement "dévorés" le film ou aux inconditionnels des bandes originales Disney.

41

La bande-annonce...

newmanRandy Newman a déjà composé la musique de plusieurs films d’animation Disney-Pixar. C’est ainsi, avec "Cars", qu’il collabore pour la quatrième fois avec le réalisateur John Lasseter. En 1996, Newman avait travaillé avec ce dernier sur "Toy Story", suivi en 1999 et en 2000, de "1001 Pattes" et de "Toy Story 2".

Écrit par TOM dans MUS!C | Lien permanent | Commentaires (1) | |

Terminator, Thomas Crown, La Mutante & Cie.

Dans une récente interview, la direction des Studios MGM annonce la mise en chantier de plusieurs projets. Parmi ceux-ci, plusieurs suites seront tournées...

5830808

Il y a quelques temps, j’avais évoqué les problèmes liés à l’adaptation du roman de Tolkien "Bilbo le Hobbit". Il semblerait que les studios MGM s’allient finalement avec New Line (producteur de la trilogie du "Seigneur des Anneaux") pour filmer la nouvelle aventure du Hobbit. Il y a de fortes chances que le cinéaste Peter Jackson réalise cet épisode précédent la saga du "Seigneur des Anneaux".

thomas_crown_500

Le tournage de "Terminator 4" a également été annoncé.
Par ailleurs, Pierce Brosnan, l’ancien James Bond, devrait jouer à nouveau le gentleman cambrioleur dans la suite de "Thomas Crown".

84Jessica Alba et Paul Walker replongent une nouvelle fois dans une chasse aux trésors dans la suite de "Bleu d’Enfer".
Steve Martin devrait enfiler pour la seconde fois l’imperméable de "La Panthère Rose".

On pensait que l’actrice Reese Witherspoon, brillamment remarquée dans "Walk The Line", ne jouerait plus les potiches blondes de "Legally Blonde"Et bien c’est raté ! Elle devrait reprendre le rôle d'Elle Woods dans un troisième épisode.

natasha53Pour terminer, signalons que Natasha Henstridge, qui joue les disparues dans la nouvelle saison de "Lost", retrouvera "La Mutante" pour la quatrième fois. Espérons, pour la belle canadienne, que ce nouveau volet sera plus emballant que les deux derniers "Species" (qui ne volaient pas très haut). Plus que jamais, les remakes et les suites pullulent à Hollywood. Le cinéma US serait-il gangrené par un manque d’inspiration flagrant, ou l’appât du gain serait-il plus fort que tout ? Poser la question, c’est y répondre !

Écrit par TOM dans NEWS | Lien permanent | Commentaires (0) | |